• 14Oct

    archipel des Glénan l’ archipel des Glénan est une constellation constituée d’une dizaine d’îles et de nombreux îlots

    Glénan et son archipel : situé à quelques encablures des côtes du Finistère, au sud de Fouesnant, l’ archipel des Glénan est une constellation constituée d’une dizaine d’îles et de nombreux îlots. Pour tous les amoureux de la Bretagne sauvage et authentique et de l’océan, une visite s’impose.

     

    Les îles principales

    « Cigogne », « Saint-Nicolas », « Drénec », sont parmi les noms pittoresques donnés à quelques-unes de ces bouts de terre déchiquetées formant les Glénan. Les eaux autour de ces récifs difficiles à cartographier sont particulièrement pures, et attirent les pêcheurs et les plaisanciers.

    Certains n’hésitent pas à comparer les flots de l’Atlantique à cet endroit à des lagons tropicaux.

    La légende et les travaux des géologues s’accordent sur le point qu’au néolithique, avant la montée des eaux, l’archipel ne formait qu’une grande terre, où les premiers occupants de la Bretagne pouvaient accéder à pied. En témoigne un impressionnant dolmen à couloir, bâti, il y a environ six mille ans.

    La plus grande île est Saint-Nicolas, qui accueille pendant la belle saison le flux des touristes : on peut y accéder par des rotations de navettes maritimes. L’île Saint-Nicolas n’est plus habitée depuis une cinquantaine d’années, mais elle abrite deux auberges et des résidences de tourisme.

    L’École internationale de plongée des Glénan y occupe un bâtiment, et une surface d’un hectare et demi est classée en réserve naturelle, afin de protéger une espèce de fleur unique à cette île, le Narcisse des Glénan.

    Une espèce de fleur unique à cette île, le Narcisse des Glénan.

    Une histoire tourmentée de l’Archipel des Glénan.

    L’homme a peuplé l’archipel bien avant qu’il n’en soit un, en plus du grand dolmen les archéologues ont découvert un ensemble de tombes remontant au néolithique, et il est possible que d’autres vestiges aient rejoint la nuit des légendes lors de la submersion. Puis, les îles ne furent occupées temporairement que par quelques pêcheurs, jusqu’à ce qu’elles deviennent possession de l’abbaye de Rhuys, durant tout le Moyen Âge.

    L’archipel faillit devenir la propriété de l’intendant du roi Louis XIV, Nicolas Fouquet, mais celui-ci a été incarcéré juste avant la transaction. De tout temps, les Glénan furent un refuge pour les pirates et quelques forbans qui pillaient et rançonnaient les petits navires de commerce.

    Plusieurs fois, les amiraux du roi de France tentèrent d’arrêter ces brigandages, et l’archipel fut le théâtre de plusieurs batailles navales. Pour lutter contre les raids des pirates anglais, un fort fut érigé dans l’île de Cigogne, mais il n’eut pas d’importance stratégique majeure.

    Un fort fut érigé dans l’île de Cigogne, mais il n’eut pas d’importance L'île de Brunec, au nord de Saint-Nicolas, est surnommé « la prison », peut-être parce qu'un jour, au xviiie siècle, les Anglais qui occupaient Penfret y débarquèrent des pêcheurs de Concarneau accusés de transporter des vivres pour la garnison française de Fort Cigogne.

    Patrimoine et tourisme

    Par son côté sauvage et mystérieux, l’archipel des Glénan représente un exemple parfait de la Bretagne légendaire. Pendant la saison clémente, c’est un rendez-vous prisé des plaisanciers, qui trouvent dans le « lagon » un mouillage sûr. Mais en hiver, l’océan se déchaîne parfois, et par le passé de nombreux naufrages ont eu lieu dans ces parages.

    C’est sans doute l’origine de la légende la Groac’h, une fée marine malfaisante qui attirait les navigateurs sur les écueils et les enfermait à jamais dans son domaine sous-marin.
    Aujourd’hui, si les Glénan n’abritent plus de créature surnaturelle, elles sont devenues le paradis des randonneurs, des peintres et des photographes.

    Découvrez l’ archipel des Glénan en vidéo

    Glénan

4 Comments to Archipel des Glénan perle de Bretagne, sauvage et authentique!

  • claudine dit :

    Bonjour André

    Je ne connais pas la Bretagne mais j’avoue que ma promenade sur ton blog m’a beaucoup plus. La découverte de la Bretagne je me la réserve pour un peu plus tard dans le temps ou comme je serais à la retraite je pourrais avoir du temps.
    Bravo pour ton blog
    Amicalement
    Claudine

  • Bonjour Claudine

    La Bretagne est une superbe région et crois moi elle en vaut le détour!il y a tellement de paysages à découvrir!je ne me lasse pas d’arpenter cette Bretagne aux paysages si bruts et sauvages!et j’ai découvert également l’hospitalité Bretonne qui vaut bien d’autres!
    Merci pour ton petit commentaire

  • France Lerouge dit :

    Je confirme,prenez le temps de lire ces posts, tellement intéressants, et André doit passer beaucoup de temps pour les rediger

    • Bonjour France,

      Oui c’est vrai cela prend du temps! Mais c’est un plaisir pour moi d’écrire ces articles, sur La Bretagne, que j’aime tant..

      Je te remercie et te souhaite un bel après-midi!

      Amicalement




Paradis sauvage | Mentions Légales